Calypso Rose

à 76 ans, la reine du calypso, n’a rien perdu de son engagement. Sous la houlette de Manu Chao qui signe les arrangement, elle sort Far From Home.

« Née en 1940, à Tobago, dans une famille très pauvre de 13 enfants, élevée par sa tante qui aime danser et faire la fête, elle gran­dit bercée par un gramo­phone, au son du calypso, genre popu­la­risé dans les années 50 par Harry Bela­fonte. Son père, pasteur, lui inter­dit cette « musique du diable », elle lui tient tête en rétorquant que « c’est dieu qui lui a donné ce talent, pour amener la joie dans le cœur des gens et dénon­cer les injus­tices ». 

«Une chan­son peut renver­ser un gouver­ne­ment, placer un homme poli­tique au pouvoir et faire que des hommes se comportent comme des êtres humains et non comme des bêtes, lance-t-elle au micro de RFI. Quand j’ai écrit des chan­sons contre l’ex­ploi­ta­tion des domes­tiques noirs à Trini­dad, le gouver­ne­ment était telle­ment embar­rassé qu’il a dû voter une loi pour qu’ils gagnent 1200$ et non 20$ par mois, comme c’était le cas jusque là.» Violée à l’âge de 18 ans, elle prend aussi la défense des droits des femmes contre les violences conju­gales. »

(Visited 1 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *